Our Recent Posts

Archive

Tags

ENDOMÉTRIOSE ET PLANTES

Il n'y a pas une plante pour l'endométriose. Il y en a plusieurs. Elles doivent être choisies d'une manière judicieuse afin de couvrir plusieurs axes thérapeutiques importants.

Je m’appelle Gaelle Tipaka, je suis, naturopathe & sophrologue spécialisée en Naturopathie gynécologique et dans l'accompagnement des femmes atteintes d'endométriose.

L'endométriose en quelques mots:

https://www.youtube.com/watch?v=_nw_9g7MgYE

Une femme sur 10 en souffre d'endométriose.

Les causes probables :

1. Excès d'oestrogènes

2. Progestérone trop basse

Note : cette tendance excès oestrogènes et déficit progestérone est bien connue par la science (Ness, 2003) comme facteur aggravant (causatif ?) de l'endométriose et du cancer des ovaires.

Hypothèse et proposition

Le foie ne fait pas son travail d'élimination : une plante détoxifiante du foie intégrée au protocole à faibles doses pour pouvoir suivre le protocole au long terme (une plante dépurative à doses “normales” ne se prend pas sur le long terme).

  • Par exemple la bardane (Arctium lappa), sous forme de teinture des racines fraîches (voir le produit Dietanat par exemple), 30 gouttes 2 fois par jour dans un peu d'eau.

  • De nombreuses autres plantes sont possibles ici : chardon-marie, pissenlit, fumeterre, etc.

Vous ne fabriquez pas assez de progestérone : considérez une plante stimulant la production de progestérone afin de maintenir les oestrogènes sous contrôle. Le gattilier (Vitex agnus-castus) est la plus efficace. Les doses suggérées par Moore : 30 à 60 gouttes de teinture le matin dans un peu d'eau.

  • Le débat sur la prise du gattilier continue aujourd'hui. Certains disent de le prendre uniquement pendant une certaine période du cycle, d'autres en continue. Je n'ai personnellement jamais remarqué de différence entre les 2 types de prises. Si le gattilier doit vous soulager, il le fera d'une manière ou d'une autre.

Les xénoestrogènes vous affectent :

  • Consommez une alimentation riche en fibres (fruits et légumes) afin de créer un effet balayage des xénoestrogènes hors de votre intestin.

  • Consommez les légumes riches en Indole-3-Carbinol, substance naturelle ayant a un effet détoxifiant puissant sur le foie, provoquant l'élimination des oestrogènes en excès (Rogan, 2006). Les crucifères en contiennent beaucoup (choux, brocoli, choux de Bruxelles, choux fleur, etc).

3. L'inflammation fait rage

L'endométriose crée une inflammation qui varie en intensité selon la période du cycle, tout en gardant une base chronique. En d'autres termes, l'inflammation ne vous quitte jamais.

Plante anti-inflammatoire, forme et dosage

Le curcuma : il fait régresser l'endométriose dans les études sur animal (Jana, 2012).

  • La forme concentrée en curcumine et accompagnée de pipérine de type Curcumaxx est facile à prendre et efficace (je n'ai aucun lien financier avec la société). Cette forme se prend à raison de 1 cuillère-à-soupe dans un peu d'eau de 2 à 3 fois par jour.

  • Si vous désirez prendre la forme "simple" (curcuma en poudre en gélules ou vrac), dans mon expérience, il faut 6 à 8 g par jour pour obtenir un effet anti-inflammatoire notable (à prendre avec les repas) - ça fait pas mal de gélules...

Les oméga 3 sous forme EPA/DHA : ils font régresser les adhésions de l'endométriose dans les études sur animal (Bruner-Tran, 2013). De nombreux produits existent, pensez à prendre les formes EPA/DHA de type poissons des mers froides avec garantie d'absence de métaux lourds.

  • Des doses dans les 500 mg d'EPA + 500 mg de DHA par jour sont indiquées (plus ou moins, tout dépend du produit, mais il faut tourner dans ces eaux-là)

4. Le stress oxydatif destructeur

L'inflammation chronique libère une quantité de radicaux libres qui finissent par endommager les cellules et propager l'inflammation - un vrai cercle vicieux. De nombreux antioxydants existent, capable de capturer les radicaux libre et de bloquer cette cascade. En voici donc quelques-uns qui ont une affinité particulière pour l'endométriose.

Antioxydant, forme et dosage

Le resveratrol est un puissant antioxydant végétal que l'on trouve dans le raisin et la renouée du Japon. Chez l'animal, le resvératrol réduit l'implantation de l'endométriose de 60% et le volume total des lésions de 80% (Bruner-Tran 2011).Vous trouverez le resvératrol sous différentes marques.

  • La dose recommandée est de 200 mg par jour

Le thé vert, riche en gallate d'épigallocatéchine (EGCG), est aussi un antioxydant puissant. Il réduit l'étendue des lésions de l'endométriose chez l'animal (Xu, 2009). Deux tasses par jour d'un thé vert de qualité fournit un apport raisonnable en antioxydants. Vous pouvez aussi acheter un complément à base d'EGCG (Supersmart, Life Extension Foundation).

  • La dose recommandée est de 500 à 700 mg par jour.

La N-Acétylcystéine (NAC) est un dérivé de l'acide aminé cystéine. C'est un antioxydant puissant à action directe. Il permet aussi une meilleure production de glutathion, un autre antioxydant puissant. Une étude réalisée sur 92 femmes souffrant d'endométriose montre que la NAC réduit d'une manière significative la douleur et les kystes ovariens (Porpora 2013).Vous trouverez la NAC sous forme de gélules (Life Extension Foundation, Supersmart).

  • La dose recommandée est de 600 mg de une à trois fois par jour.

Le pycnogénol, extrait breveté d'écorce de pin maritime, s'est bâti une solide réputation en tant qu'antioxydant puissant. Une étude réalisée sur 58 femmes pendant 6 mois (30 mg 2 fois par jour) démontre une réduction de 33% des symptômes de l'endométriose (Kohama, 2007). Vous trouverez le pycnogénol sous forme de gélules (Life Extension Foundation, Supersmart).

  • La dose recommandée est de 100 mg par jour.

5. Crampes et congestion

L'inflammation de l'endométriose provoque une congestion de l'utérus, en particulier pendant les crises. Toute la zone semble lourde et gonflée. Puis surviennent les crampes qui serrent comme dans un étau.

Plantes, forme et dosage

L'achillée millefeuille (Achillea millefolium) est la meilleure décongestionnante de l'utérus. Achetez les sommités fleuries en vrac en herboristerie, et assurez-vous qu'elle soit toujours bien aromatique.

  • 5 à 6 g de plante sèche par tasse d'infusion de 250 ml, 2 tasses par jour. Couvrez bien pendant que la plante infuse.

  • Attention, chez certaines personnes, elle peut provoquer des règles plus abondantes. Si c'est le cas chez vous, il faudra soit employer une autre plante, soit l'associer à la bourse-à-pasteur (voir "saignements" ci-dessous).

La viorne (Viburnum opulus, V. prunifolium) est appelée “cramp bark” par nos amis anglophones, la plante pour les crampes, et elle est indiquée dans les crampes du bas ventre. Achetez l'écorce en herboristerie (Herboristerie du Valmont par exemple). L'écorce se prépare sous forme de décoction. Vous pouvez aussi la prendre sous forme de teinture.

  • Décoction : 2 cuillères à soupe d'écorce pour un litre. Une tasse toutes les deux heures pendant les périodes de crampe.

  • Teinture : 40 gouttes toutes les 2 heures dans un peu d'eau lorsque crampes.

La pivoine (Paeonia lactiflora), Bai Shao Yao en médecine chinoise, décongestionnante, analgésique et rééquilibrante pour la sphère hormonale. C'est la racine qui est utilisée. Cette plante est très adaptée au contexte de l'endométriose. La teinture se trouve chez Baldwin's.

  • Teinture : 20 gouttes de 2 à 4 fois par jour dans un peu d'eau.

6. Saignements

L'endométriose entraine parfois des saignements entre les règles. Après vous être assurée de la cause exacte (consultation chez votre médecin), vous avez une plante qui excelle pour ce genre de problème.

Plante, forme et dosage

La bourse à pasteur (Capsella bursa pastoris), hémostatique par excellence pour la sphère utérine. Utilisez si possible une teinture de plante fraiche, par exemple celle de Biosimples.

  • 30 gouttes dans un peu d'eau, idéalement le ventre vide. A faire 4 à 5 fois par jour tant que les saignements ne s'arrêtent pas.

7. Alimentation

  1. Comme expliqué auparavant, une alimentation riche en fibres végétales permet de fixer et d'éliminer les xénoestrogènes : fruits et légumes de qualité bio en particulier. Les jus de légumes journaliers sont un gros plus si vous avez un extracteur de jus.

  2. Les aliments riches en gluten peuvent aggraver les symptômes de l'endométriose (Marziali, 2012) : 200 femmes souffrant d'endométriose suivirent une alimentation sans gluten pendant 12 mois. Résultat : 75% des femmes notèrent une amélioration significative des symptômes. Donc non, le sans-gluten n'est pas juste un effet de mode.

  3. Traitez les produits laitiers d'une manière similaire (non, ils ne sont probablement pas vos amis pour la vie).

  4. La consommation de viande rouge semble augmenter les risques d'endométriose (Parazzini, 2004). Ceci est probablement dû à la quantité d'hormones que l'on a injecté à ces animaux et qui perturbent nos propres cycles hormonaux.

Une alimentation en grande partie végétale est donc à favoriser, sans céréales (blé, orge, avoine, épeautre, maïs, etc), sans produits laitiers, facile à digérer et ne créant pas de congestion intestinale ou de problèmes de constipation.

En ce qui concerne l'élimination des céréales et produits laitiers, si vous faites le test de les retirer (ce que je vous recommande), retirez les deux en même temps pendant une période de 8 semaines.

8. Bouger, méditer, lacher prise

Apprenez à respirer, à gérer votre calme et les douleurs avec différentes techniques : N’hésitez pas à tester la sophrologie, à faire des méditations, à bouger : yoga, pilates..

9. Application locale

Pendant les crises :

  • Huile essentielle d'estragon (Artemisia dracunculus), antispasmodique et anti-inflammatoire, diluée à 10% à 20% dans une huile végétale ou dans un gel neutre, masser le bas ventre avec.

  • Faites un test d’abord pour vous assurer que vous ne faites pas de réaction allergique, vous placez 2 gouttes à l’intérieur de votre avant-bras puis vous attendez 24 h. Si pas de réaction inflammatoire, vous pouvez appliquer sur le bas ventre en cas de besoin, faire un massage 2 à 3 fois par jour si nécessaire. .

  • Le cataplasme d'huile de ricin avec une bouillotte chaude par-dessus fournit un soulagement indéniable.

Bâtir le protocole

Si vous vous dites “cela fait beaucoup de choses”, je vous comprends. D'un autre coté, quoi de plus positif que de voir qu'il existe une multitude de possibilités.

Mais il faut maintenant passer à la pratique et voir comment bâtir un premier protocole. Et notez qu'il n'y a pas un protocole possible mais plusieurs, donc on fait un premier choix, on l'applique pendant 2 à 3 cycles menstruels, puis on ajuste en fonction des résultats.

Voici un exemple :

  • Changements alimentaires.

  • Bardane (plante dépurative) sous forme de teinture de racines fraîches, 30 gouttes 2 fois par jour dans un peu d'eau.

  • Gattilier (stimuler la production de progestérone), teinture 30 gouttes tous les matins. Peut être mélangé à la bardane pour la prise du matin.

  • Curcuma (anti-inflammatoire), forme liquide de type Curcumaxx, 1 cuillère à soupe 2 fois par jour entre les crises, 3 fois par jour pendant les crises.

  • Pendant les crises :

  • Achillée millefeuille (décongestionnant utérin), une infusion matin et soir

  • Viorne, teinture, 40 gouttes + pivoine, teinture, 20 gouttes, toutes les 2 heures.

Les antioxydants sont utiles mais chers. Ils ne sont pas essentiels si votre alimentation est riche en légumes et fruits.

Il faudra noter en détail vos progrès, puis ajuster, c'est-à-dire enlever certaines plantes ou compléments et en tester d'autres si vous n'obtenez pas de résultats. C'est un projet qui va s'étaler sur plusieurs mois et si vous avez patience et persévérance, vous tenez le bon bout !

http://www.loveyourself-naturopathie.com/gynecologienaturo

Références

Rogan EG. The natural chemopreventive compound indole-3-carbinol: state of the science. In Vivo. 2006 Mar-Apr;20(2):221-8.

Jana S, Paul S, Swarnakar S. Curcumin as anti-endometriotic agent: implication of MMP-3 and intrinsic apoptotic pathway. Biochem Pharmacol. 2012 Mar 15;83(6):797-804.

Bruner-Tran KL, Herington JL et al. Medical management of endometriosis: emerging evidence linking inflammation to disease pathophysiology. Minerva Ginecologica 2013 April;65(2):199-213.

Bruner-Tran KL, Osteen KG et al. Resveratrol Inhibits Development of Experimental Endometriosis In Vivo and Reduces Endometrial Stromal Cell Invasiveness In Vitro. Biology of Reproduction, 2011; 84: 106-112.

Xu H, Lui WT et al. Anti-angiogenic effects of green tea catechin on an experimental endometriosis mouse model. Human reproduction, 2009; 24(3): 608-618.

Porpora MG, Brunelli R, Costa G, et al. A Promise in the Treatment of Endometriosis: An Observational Cohort Study on Ovarian Endometrioma Reduction by N-Acetylcysteine. Evid Based Complement Alternat Med. 2013;2013:240702.

Kohama T, Herai K, Inoue M. Effect of French maritime pine bark extract on endometriosis as compared with leuprorelin acetate. J Reprod Med 2007; 52(8):703-708.

Marziali M, Venza M, Lazzaro S, Lazzaro A, Micossi C, Stolfi VM. Gluten-free diet: a new strategy for management of painful endometriosis related symptoms? Minerva Chir. 2012 Dec;67(6):499-504.

Parazzini F, Chiaffarino F, Surace M, Chatenoud L, Cipriani S, Chiantera V, Benzi G, Fedele L. Selected food intake and risk of endometriosis. Hum Reprod. 2004 Aug;19(8):1755-9.

Ness RB. Endometriosis and ovarian cancer: thoughts on shared pathophysiology. Am J Obstet Gynecol. 2003 Jul;189(1):280-94. Review. PubMed PMID: 12861175.

©2018 by LoveYourself. Proudly created with Wix.com