Our Recent Posts

Archive

Tags

Les vrais interdits alimentaires, il y en a très peu : Qui croire quand on lit tout et son contrair

On entend souvent: "surtout pas de café", "arrêtez le soja", "supprimez les oeufs", "plus de viande rouge", "éliminez le pain"...

Mais alors tout est mauvais ?! Il nous reste quoi à manger ?!!!

Il y a quelques interdits « absolus » en alimentation, des habitudes intrinsèquement mauvaises pour votre santé.

Contrairement à une idée répandue ces interdits sont peu nombreux ! Et nous sommes tous différents.

« Qui croire quand on lit tout et son contraire ? »

Parce qu'il y a trop de choses contradictoires! Rendez-vous compte, il existe 15 749 études scientifiques publiées sur le café[1] et 73 038 sur les œufs[2].

C’est fou.

Et regardez leur contenu :

  • « Consommer trop d’œufs augmente le risque de maladie cardiovasculaire » affirme une étude sérieuse de mars 2019[3],

  • « Manger des œufs diminue le risque d’accidents cardiaque de 26% », affirme une étude tout aussi solide en novembre 2018[4] Sur le café :

  • « Nous recommandons de boire trois à quatre tasses de café par jour pour réduire les risques de diabète, de maladies du foie, de démence, voire de la survenance de certains cancers » (novembre 2017[5]),

  • Le café « aggrave les gastrites, peut provoquer des arythmies cardiaques, augmente les risques de phlébite et embolies, accentue la fatigue et l’irritabilité, accroît les risques d’ostéoporose, contient des agents cancérogènes »[6] (septembre 2017).

C’est franchement décourageant.

Victimes d'une montagne d'études

Mais il faut d'abord comprendre. Voici pourquoi paraissent autant d’avis scientifiques contradictoires sur l’alimentation : les chercheurs, même les plus honnêtes, doivent attirer l’attention. Car plus ils publient d’études, plus ils ont de chances que les Etats et les entreprises leur allouent des fonds ! Cette accumulation est tragique pour la science elle-même. Car elle encourage la vitesse, les manipulations de données, les approximations, les magouilles, la désinformation.

Des lobbys puissants, pour ne rien arranger !

Les choses sont encore pires avec l’alimentation parce que s’y ajoutent les manœuvres bien connues de certains lobbys sucriers, laitiers, céréaliers puissants, ainsi que de multinationales des barres chocolatées ou boissons sodas, qui :

  • financent des études scientifiques pour soutenir leurs produits[8]

  • influencent les recommandations alimentaires nationales[9],

  • créent de toutes pièces des instituts de recherche à leur solde[10],

  • investissent dans le bio ou le sans gluten pour vendre davantage de produits plus chers... mais aussi mauvais qu’avant[11].

Beaucoup trop de contraintes, mais aussi des risques

Enfin un troisième phénomène pourrit la situation : les régimes alimentaires.

Je ne parle pas des régimes pour maigrir mais de modèles d’alimentation prêts à l’emploi vendus par certains médecins et nutritionnistes.

Ça c’est la pire chose, selon moi.

Certains d’entre vous m’écrivent avoir essayé l’alimentation paléo, faible en glucides, dissociée, hypotoxique, super-protéinée, low carb, sans fodmaps, keto…

… pour les abandonner très vite.

C’est bien normal :

  1. Ces modèles se révèlent le plus souvent inadaptés à votre cas personnel, qui est singulier

  2. Ces méthodes sont beaucoup trop contraignantes, en plus d’être monotones (vous finissez par manger toujours la même chose)

  3. Elles peuvent comporter des risques : l’alimentation paléo peut dérégler vos intestins et causer une grande fatigue, un régime super-protéiné peut trop solliciter votre foie et vos reins, l’alimentation sans fodmaps peut causer une grave déficience en vitamines, celle faible en glucides a été nommée « passeport pour l’infarctus »[12]… n’en jetez plus !

Alors on fait quoi ?

Boire un citron chaud le matin, bon pour Michèle mais mauvais pour Claire !

Je vous propose UN principe fondateur d’action.

Manger uniquement des aliments adaptés à VOTRE corps et VOS besoins.

Car voici ce qu’on observe !

  • Boire un jus de citron chaud le matin, à jeun, est bon pour le foie MAIS mauvais pour les personnes sensibles de l’estomac car cela aggrave leurs reflux gastriques[13];

  • Manger des bananes, riches en potassium, n’est pas conseillé si vous prenez des médicaments pour le cœur et l’hypertension (béta-bloquants)[14] MAIS fortement recommandé si vous avez des problèmes de mémoire et d’attention[15];

  • Consommer des graines de chia aurait une efficacité contre les risques cardiovasculaires grâce à une haute teneur en omega-3[16] MAIS n’en prenez pas si vous avez un côlon irritable ou la maladie de Crohn, parce qu’elles contiennent trop de fibres ;

  • Oui, le poivre multiplie par 20 l’absorption de la curcumine et il est bon d’en prendre avec du curcuma[17] MAIS le poivre est aussi très irritant, donc à éviter absolument si vous êtes sensible des intestins[18];

  • Ajouter du curcuma à vos plats est indiqué pour toutes les maladies du foie[19] MAIS à éviter si vous avez des calculs rénaux (à cause de l’acide oxalique du curcuma[20]).

Manger sainement, c’est faire des choix pour vous en fonction de vos besoins de santé.

Je vous dirai par exemple que :

  • Vous devriez manger une poignée de cerises bien mûres plutôt qu’un morceau de baguette blanche. La charge en sucres du pain blanc (indice glycémique) est en effet 3 fois supérieure à celle des cerises[21];

  • Qu’il faut choisir plutôt vos bananes vertes, elles contiennent deux fois moins de sucres que les bananes mûres[22];

  • Que croquer trois à quatre carrés de chocolat noir par jour est une bonne idée. Le chocolat noir à plus de 72% est excellent pour les diabétiques. Il a un indice glycémique près de deux fois inférieur aux haricots verts (vous avez bien lu) et les polyphénols qu’il contient sont de puissants anti-inflammatoires[23];

  • De consommer régulièrement de la cannelle, car une cuillère à café par jour ferait baisser jusqu’à 24% le niveau de sucre dans votre sang, participerait à protéger les reins, réduire l’hypertension artérielle et s’attaquerait aux mauvaises graisses[24]. Si vous n’aimez pas le goût de la cannelle, prenez-la en gélules : 2 gélules 2 fois par jour en moyenne ;

  • Si vous aimez les huîtres et les fruits de mer, d’en manger sans modération ; pauvres en sucre ils sont bourrés de zinc, composant de la synthèse de l’insuline dont les diabétiques sont souvent carencés[25];

  • Depuis 2015, 29 études fiables ont montré que le cumin noir (ou nigelle cultivée), pris par dose de 2 gr soit 1 cuillère à café par jour, diminuerait significativement les symptômes des diabétiques après trois mois[26]. Essayez donc cette épice avec du poisson ou une poêlée de légumes ;

  • Pour faire baisser le taux de sucre dans le sang, de limiter votre consommation en sel. Une étude de chercheurs lillois publiée par l’Inserm a montré en février 2016 que moins vous mangez de sel, moins vous absorbez de sucre[27].

  • Si vous l’aimez et le digérez bien, consommez de l’ail cru. Il contribuerait, affirme une étude de 2017[32], à réduire les facteurs de risque de cancer du système digestif, du sein, de la prostate et du poumon d’environ 30% ;

  • S’il est bien épluché, le brocoli légèrement cuit, ou cru, est très bon au goût. Son rôle contre le cancer de la prostate a été évoqué par plusieurs études fiables. C’est grâce à un de ses composés, le sulforaphane, qui diviserait jusqu’à 4 la capacité des cellules cancéreuses prostatiques à se multiplier[33] ;

  • Si vous aimez le thé vert, buvez-en au moins deux grandes tasses par jour. Le thé vert matcha est particulièrement recommandé. Il contient un polyphénol très puissant appelé EGCG, dont plusieurs études ont relevé les effets positifs contre le cancer du sein, de la prostate, du côlon, du foie, de la vessie, des poumons, de l’estomac et les leucémies[34]. Croquer dans une pomme acidulée en même temps que boire du thé vert augmenterait la puissance de ces EGCG[35].

  • Mangez le plus possible d’aliments contenant du lycopène (tomate, pastèque, pamplemousse rouge). La purée de tomate en conserves en contient énormément[36]. L’effet du lycopène dans la diminution des facteurs de risque de cancer de la prostate a été mesuré sur 2481 hommes sur 12 ans par une étude majeure[37]. Et si vous mangez vos tomates en même temps qu’un avocat bien mûr, vous pourriez multiplier par 4 votre absorption de lycopène[38] ;

  • Certains champignons sont conseillés par les instituts de cancérologie japonais[39] : le maïtaké, le shiitaké, le reishi. Vous pouvez en trouver en Europe. Consommez-les en poêlée ou en omelette, ou en complément alimentaire. Des recherches ont montré leur rôle dans l’augmentation des cellules naturelles tueuses, celles qui attaquent les cellules tumorales[40].

  • Mangez des graines de lin. Cinq études publiées entre 2010 et 2011 ont documenté que, grâce à leur teneur élevée en omega-3, trois cuillères à soupe de graines de lin par jour (3 g) pourrait ralentir l’évolution du cancer du sein[41] ;

  • L’hiver en particulier, consommez beaucoup de rollmops, sardines, maquereaux, anchois, bourrés de Vitamine D. Les personnes ayant des bons niveaux de vitamine D pourraient, en effet, diviser par 2 les facteurs de risque de cancer du foie, a évalué une large étude japonaise menée sur 33 736 patients[42]. De même une méta-analyse concernant 1 million de personnes suggère qu’un bon niveau de vitamine D réduirait les facteurs de risque du cancer du pancréas, le plus meurtrier de tous les cancers[43].

Ce végétal est un « petit miracle » de nutrition

Vous allez pouvoir le planter dans votre jardin si vous le désirez. Lisez bien sa composition nutritionnelle unique :

  1. 25% de son poids est représenté par des protéines qui apportent tous les acides aminés essentiels.

  2. Il renferme dix-sept fois plus de calcium que le yaourt.

  3. Il apporte six fois plus de fer que les épinards.

  4. Il contient six fois plus de fibres que les figues.

  5. Il offre quatre fois plus de potassium que la banane.

  6. Il procure quatre fois plus de magnésium que le chocolat.

  7. Il comprend deux fois plus de vitamine A que la carotte.

Ses feuilles se consomment comme des épinards, les gousses comme des haricots, les fleurs se boivent en tisane, et les racines s'utilisent en sauce qui lui donnent un excellent goût de raifort.

Ce végétal incroyable, c’est le Moringa, facile à trouver en graines ou en petit plant en jardinerie[50]!

Prouvé scientifiquement : plus vous mangez avec plaisir, plus votre santé s’améliore

Car personne ne vous le dit, personne ne vous en parle !

L’efficacité du plaisir de manger sur la santé est scientifiquement prouvée…

Et vous devez choisir des aliments que vous aimez manger si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour une meilleure santé. C’est essentiel.

Une expérience passionnante a été menée en 1993 à la Duke University Medical School de Durham aux Etats-Unis.

Pendant plusieurs mois, on a nourri 39 patients cancéreux de plats succulents à l’odeur et au goût[47].

Alors que le taux de globules blancs dans leur sang était très bas à cause des traitements de chimiothérapie qu’ils subissaient, ce taux augmentait fortement pendant l’expérience !

Pourquoi ?

Parce que les bons aliments et les bonnes odeurs augmentent la création de dopamine.

C’est LE neurotransmetteur qui stimule vos globules blancs, responsables des anticorps contre les infections[48]. À tel point que les chercheurs parlent de « carencés en dopamine » pour les personnes ayant une immunité basse !

Conclusion : faites-vous plaisir ! Mangez des aliments que vous aimez, c’est bon pour votre santé !

L’aliment le plus complet sur terre ?

Je pense à un autre aliment formidable, l’algue Klamath ou « algue bleue », que vous trouverez, cette fois, sous forme de complément nutritionnel seulement.

Certains parlent à son sujet de « l’aliment le plus complet existant sur terre »[51]. L’algue bleue grandit au fond d’un lac à écosystème préservé, dans l’Oregon ; elle est composée de 115 nutriments dont :

  • 60% de protéines

  • tous les acides aminés essentiels pour le fonctionnement de votre organisme ;

  • au moins 11 vitamines, notamment vitamine A (bêta-carotène), vitamine C, vitamine E, vitamine K et la plupart des vitamines du groupe B ;

  • des minéraux (calcium, chrome, cuivre, fer, magnésium, manganèse, zinc…) ;

  • d’omega-3 en quantité, notamment de l'acide alpha-linolénique ;

  • des polysaccharides, qui activent les lymphocyteset facilitent la lutte contre les toxines ;

  • de la phényléthylamine, qui active la synthèse naturelle de la dopamine.

Mangez ce légume au nom de sorcière !

Je souhaite aussi vous faire redécouvrir certains aliments d’antan dont la valeur nutritionnelle (méconnue) est élevée.

On vous a sans doute déjà parlé du salsifis scorsonère, « l’ami des artères », réputé aussi pour ses vertus intestinales, riche en sodium, potassium et en vitamine B et E[52].

Du radis noir, fabuleux drainant du foie, améliorant le transit intestinal et utilisé par les personnes ayant des calculs rénaux[53].

De la délicieuse carotte violette, bourrée d’anthocyanine recommandée pour la santé du cœur. La carotte violette jouerait aussi un rôle réparateur sur les varices[54].

Mon préféré reste le rutabaga, cette racine au nom de sorcière à l’exquise chair jaune douce-amère.

Injustement déconsidéré parce qu’on le mangeait pendant la guerre, le rutabaga donne des purées extra et vous pouvez aussi le manger râpé avec de l’huile d’olive et du sel car c’est l’un des légumes les plus riches en vitamine C avec 25 mg pour 100g ce qui est considérable[55].

Le rutabaga est également riche en vitamine E, vitamine protectrice de la membrane des cellules de votre organisme, en potassium, en antioxydants[56].

Secret de préparation n°1 : ne plaisantez pas avec le rinçage et la cuisson du riz !

Une réalité méconnue concerne le riz : il peut y avoir énormément d’arsenic dans le riz de grande consommation[57].

Le coupable, ce sont les pesticides et l’industrie chimique, qui contaminent les sols et les cours d’eau.

Le phénomène ne cesse de s’aggraver avec le réchauffement climatique, qui fait que le riz absorbe de plus en plus d’arsenic dans les rizières[58].

  • A faible dose, l’arsenic du riz peut provoquer chez l’adulte des problèmes de pigmentation de la peau, des lésions du foie et des complications vasculaires ;

  • A forte dose, ce serait un cancérogène, à l’origine de cancers de la peau, de la vessie et du poumon[59];

  • Il peut nuire au développement du cerveau des enfants. L’exposition à l’arsenic au cours de l’enfance est associée à des troubles du comportement[60].

Malheureusement aucune réglementation n’oblige les supermarchés à indiquer sur leurs paquets de riz la concentration en arsenic[61].

Ce qu’il faut faire pour épurer votre riz

Il y a pourtant une solution facile pour réduire le taux d’arsenic de votre riz.

Ce n’est pas de l’acheter bio, car le riz bio serait tout aussi contaminé[62].

C’est de parfaitement rincer votre riz avant de le cuire. Dans plusieurs bains, jusqu’à ce que l’eau devienne claire.

Après ce rinçage, faites bouillir votre riz dans un GRAND volume d’eau.

Plus la quantité d’eau de cuisson est importante, meilleure est l’élimination de l’arsenic. Les experts estiment qu’à 4 volumes d’eau pour 1 volume de riz on élimine 15% de l’arsenic, mais de 16 à 30 volumes d’eau on obtient entre 77 et 86% d’arsenic en moins[63].

Par ailleurs, évitez le riz produit aux États-Unis, ce serait le plus riche en arsenic de tous[64], suivi par ceux produits en Europe et au Bangladesh.

Enfin attention, il y a généralement plus d’arsenic dans le riz complet que dans le riz blanc. Pour une raison simple : le riz complet conserve le son et le germe qui lui donnent sa couleur beige ; il a donc « capté » plus d’arsenic qu’un riz blanc débarrassé de ses enveloppes[65].

Ne PAS vous priver d’un aliment (le riz a aussi des vertus nutritionnelles), mais adapter sa consommation afin qu’il devienne meilleur pour votre santé.

Secret de préparation n°2 : comment absorber davantage de vitamines et minéraux de vos haricots, lentilles, pois

Par exemple les haricots blancs sont censés contenir 101 mg de magnésium pour 100g. Quand vous en mangez, vous vous attendez donc à réhausser vos taux en magnésium.

En réalité vous n'absorbez "vraiment" qu'une fraction de 101 mg, un taux pouvant descendre jusqu’à 20mg selon les personnes.[66]

La raison est que les haricots blancs contiennent plusieurs antinutriments, dont l’acide phytique, qui se lie aux minéraux comme le magnésium, le zinc, le cuivre, le fer et bloque

Voici quelques techniques pour mieux absorber les vitamines et minéraux contenus dans les haricots, les lentilles, les pois :

  • Faites-les tremper dans un grand bol d’eau la nuit qui précède votre repas. Les études montrent que vous réduiriez jusqu’à 50% la quantité d’antinutriments qu’ils contiendraient[67];

  • Alternative : faites-les germer avant de les consommer. C’est un peu contraignant mais cela réduirait leur taux d’acide phytique de 81%[68];

  • Essayez le quinoa ou les lentilles fermentées, c’est très bon ! La fermentation joue aussi un rôle d’élimination des antinutriments.

Et surtout n’oubliez pas: faites-vous plaisir 😊

©2018 by LoveYourself. Proudly created with Wix.com