Autres roles des estrogènes et de la progestérone : peau, os, métabolisme etc...

L’influence des estrogènes sur l’endomètre est facile à observer (les règles), ou sur la glaire cervicale (modification de l’aspect de la glaire au cours du cycle). En revanche, ils influencent aussi de nombreux autres tissus. De la même manière que la testostérone a un effet assez global chez l'homme, les estrogènes ont un effet assez global sur la femme : - ils stimulent le développement et la santé des seins

- ils ont une influence sur la santé des os (ce qui explique le risque d'ostéoporose augmenté après la ménopause)

- Ils ont un impact sur la santé musculaire (fonte musculaire après la ménopause)

- Ils affectent la qualité de la peau et des cheveux

Etc.

Leur action sur les follicules et l'endomètre n'est donc pas la seule "action de croissance" qu'ils ont sur le corps de la femme. Et lorsque l'on rentre dans une situation d'hyperestrogénie (probablement due aux perturbateurs endocriniens), on augmente donc les risques de "sur-croissance" (et donc de cancer, du sein par exemple).


La progestérone a aussi des actions « hors reproduction » que l'on peut constater lors du syndrome prémenstruel (nous aurons un module à part sur le sujet), c'est à dire à un moment où la progestérone est probablement trop basse par rapport aux estrogènes.


La progestérone a aussi des cibles variées puisqu’on la qualifie de relaxante, d'hyperthermiante (ce qui explique que la température augmente en 2ème partie de cycle), d'anti-oedème, etc. Probablement pas une action aussi large que les estrogènes, mais une action qui sort largement du contexte reproducteur tout de même.

Ex de Cycle anovulatoire :


https://www.semanticscholar.org/paper/The-Impact-of-Intense-Training-on-Endogenous-and-in-Morris-Payne/7b6c407fa881e1ee3f0cd885311f052ae2d6a6bf

L'étude a été faite sur des jeunes femmes qui font de l'aviron à un haut niveau et a comparé les jeunes femmes qui ont un cycle anovulatoire à celles qui ont un cycle ovulatoire, ainsi qu'à un groupe contrôle.

En gros :

- Les estrogènes suivent à peu près les mêmes variations mais à un niveau beaucoup plus bas (ce qui semble logique particulièrement en 2e partie de cycle vu qu'il n'y aura pas de corps jaune pour fabriquer les estrogènes additionnels)

- La progestérone est très basse, ce qui est logique, et montre 2 pics dans la phase lutéale, chose que je ne saurais expliquer (je n'ai pas trouvé l'explication dans l'article associé à cette étude)

Les sécrétions de ces deux hormones sont donc anormalement basses, tout en suivant des cycles à peu près similaire à un cycle ovulatoire.


Voila pourquoi il faut réfléchir avant de prendre des pillules synthétiques qui n'agissent pas de la meme facon ou meme avant toute opération


prenez bien soin de vous