La mélatonine pour maigrir?


Vous connaissez sans doute la mélatonine pour son action sur le sommeil. C’est une hormone que l’on prescrit souvent en cas de problème de décalage horaire ou tout simplement de difficulté d’endormissement.


Mais on a tout récemment découvert une vertu méconnue de cette hormone : elle pourrait vous aider à régler définitivement votre problème de surpoids.

L’équipe de chercheurs suisses responsable de cette découverte a mis en évidence trois mécanismes de la mélatonine :

  • elle agirait comme un coupe faim ;

  • elle permettrait de stocker moins de graisses ;

  • elle brûlerait les mauvaises graisses.

Molécule à tout faire ?

La mélatonine n’a pas fini de révéler tous ses secrets. Au-delà de son application bien connue sur la régulation du sommeil dont je vous parlais au début de ce message, on lui a récemment découvert un effet protecteur contre les formes graves de la Covid-191.

D’après d’autres études récentes, elle aurait aussi des propriétés antidépressives2, antioxydantes3, antalgiques (antidouleurs)4...

Mais c’est sans doute sur le plan de la minceur que ses vertus sont les plus spectaculaires.


Maigrir en dormant, ce n’est pas un rêve


On le sait : un déficit en hormone du sommeil fait grossir. Il y a deux raisons principales à cela. D’abord, si vous manquez de mélatonine, vous mangez beaucoup plus.

Pourquoi ?

C’est très simple : quand vous dormez moins, vous avez moins de tonus. Votre corps va alors chercher une source d’énergie supplémentaire pour compenser cette baisse de régime.

Il va alors jouer sur 2 leviers :

  • augmentation de la ghréline, l’hormone de l’appétit et de la sensation de faim ;

  • diminution de la leptine, l’hormone de la satiété.

Or, ces 2 hormones sont impliquées dans les pathologies du surpoids5.

Si vous manquez de sommeil, comme un pantin manipulé par vos hormones, vous allez vous diriger mécaniquement vers le frigo... et y rester (car vous aurez du mal à être rassasié).

Ensuite, sans mélatonine, vous stockez plus.

Si votre manque de sommeil est dû au stress, alors votre taux de cortisol (encore une hormone) est élevé.

Or, le cortisol est l'hormone du stockage des graisses. Le corps interprète le signal du stress comme un danger : il fait alors des réserves.

En régulant votre stress et votre sommeil, la mélatonine vous permet de moins manger (vous êtes plus attentif à la sensation de faim grâce au bon dosage hormonal) et aussi de moins stocker.

Mais ces 2 mécanismes ne sont que des effets collatéraux de la mélatonine.

Cette hormone va encore plus loin dans son accompagnement de la perte de poids.


Brûler vos graisses… sans rien faire


Les études ont mis en avant un autre aspect intéressant de la mélatonine67 : elle active la combustion des graisses. Elle transformerait la “mauvaise” graisse blanche, celle dont il faut se débarrasser pour maigrir, en bonne graisse beige ou brune qui vous permet de brûler les calories (et qui, au passage, vous protège des maladies).




  • la mélatonine est également un puissant antioxydant. Elle vous protège contre les dégâts occasionnés par les radicaux libres. Elle serait par exemple bien plus efficace que la vitamine C.

  • Face au Covid-19, les chercheurs pointent l’action protectrice de mélatonine en cas de détresse respiratoire après l’infection par le virus. Elle agirait en atténuant la réponse cytokinique responsable de l’orage inflammatoire décrit dans les formes graves de Covid.

  • Avant de songer à une supplémentation vous pouvez augmenter votre consommation en aliments riches en mélatonine.

  • Le tryptophane est un acide aminé indispensable à la fabrication de la mélatonine.






Sources :

[1] https://www.mdpi.com/2079-9721/8/4/44.

[2] https://www.mdpi.com/2079-9721/8/4/44.

[3] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9825724/

[4] Caumo W, Levandovski R, Hidalgo MP., Preoperative anxiolytic effect of melatonin and clonidine on postoperative pain and morphine consumption in patients undergoing abdominal hysterectomy: a double-blind, randomized, placebo-controlled study, J Pain., 2009

[5] https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?Lng=FR&Expert=66628#:~:text=Le%20d%C3%A9ficit%20cong%C3%A9 nital%20en%20leptine,pr%C3%A9coce%20et%20une%20hyperphagie%20prononc%C3%A9e

[6] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18662218/

[7] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30552289/