Les protéines sont primordiales pour ton équilibre hormonal

Elles sont nécessaires à : - Ta fertilité - La balance œstrogène/progestérone - L'équilibre de la flore intestinale - La régulation de ton appétit et de ton attrait pour les sucreries 1) Comment bien consommer des œufs Ils contiennent tous les acides aminés essentiels et sont donc une source de protéines adéquates, à condition de ne pas y être intolérant. Si tu as tendance à ballonner ou à avoir mal au ventre après en avoir consommé, il vaut mieux les éviter. Mais si, comme moi, tu les digères bien, alors tu peux en consommer chaque jour sans problème. - Évite de cuire le jaune pour favoriser l'assimilation des bons acides gras et ne pas créer trop de cholestérol (œufs à la coque, œufs mollets) - Favorise les œufs bio, bleu-blanc-cœur ou donne des graines de lin à tes poules, pour que les œufs soient riches en oméga-3 anti-inflammatoires. 2) L'équilibre entre protéines végétales et animales D'un côté, les protéines animales sont chargées de "mauvaises" graisses inflammatoires et la viande rouge favorise le cancer colorectal. C'est un fait. D'un autre côté, les protéines végétales sont riches en fibres. Importantes pour bien éliminer, elles réduisent aussi l'assimilation des protéines végétales, tout en augmentant les ballonnements. Aussi, pour obtenir l'équivalent en protéines de de deux œufs, il faudrait un gros bol de houmous ou deux bols de lentilles vertes. Ou encore trois bols de quinoa. Ramené à la journée, c'est énorme et indigeste ! 😱 👉 L'idéal, c'est de faire 50/50 entre protéines animales et végétales. Et surtout, d'introduire très progressivement la part d'aliments riches en protéines végétales (haricots rouges, lentilles, farine de coco, sarrasin, amandes, cajou...). Si tu désires consommer de la viande et du poisson, il vaut mieux les cuire à la vapeur douce (au Vitaliseur par exemple). 3) Est-ce qu'il y a un problème avec le soja ? Dans la famille phyto-œstrogène, il y a du monde ! Et ils n'interagissent pas tous de la même façon avec notre organisme. - Les phyto-œstrogènes des graines de lin n'ont pas d'activité oestrogénique, c'est-à-dire qu'ils ne se comportent PAS comme tel dans notre corps. Par contre, ils saturent nos récepteurs hormonaux et les nettoient des perturbateurs endocriniens et de nos œstrogènes en excès. 👉 Les graines de lin sont donc idéales en cas d'endométriose, de règles abondantes, de syndrome prémenstruel... - Par contre, les phyto-œstrogènes de la luzerne, des pois chiches et des haricots mungo ont une très forte activité oestrogénique. Ils sont encore plus actifs qu'une pilule contraceptive ! Là, effectivement, il vaut mieux les éviter si on a déjà un excès d'oestrogène. Mais le soja alors ? Le soja contient des isoflavones dont l'activité est très complexe, mais plutôt active. En fonction des habitudes alimentaires, on va les transformer ou non en une forme bénéfique pour l'organisme. En outre, les études concernant les isoflavones ne montrent pas toute le même résultat. Ce qu'il faut retenir : - Les enfants, les femmes enceintes et les personnes carencées en iode ou en situation d'hypothyroïdie devraient éviter la consommation du soja. - A l'âge adulte, une consommation modérée de soja (maximum deux portion par jour) semble plutôt bénéfique et protectrice. - Plus le soja est fermenté, moins ils contient de phyto-oestrogène : le tempeh contient moins d'oestrogène que le tofu et son apport en protéine est aussi intéressant !